It's only fair to share...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Les sanctions du gouvernement des EU seront élargies pour viser la famille de Joseph Kabila et autre fonctionnaires supérieurs du gouvernement, de la sécurité et de l’intelligence de RDC. La liste des cibles des sanctions renferme Kalev Mutond, Alexis Thambwe Mwamba, Emmanuel Andrupiako, Albert Yuma Mulimbi, Moïse Ekanga, Zoé Kabila et Jaynet Kabila. Les puissants alliés de Kabila en affaires sont aussi dans la ligne de feu. Ils sont tous des parties de l’anneau interne de Kabila, impliqués dans la campagne brutale de répression et membres de la structure d’affaires du régime corrompu de Kabila.

 

Nouvelle liste des cibles de sanctions

OSI peut confirmer que les sanctions imposées par le Gouvernement des Etats Unis seront ciblées sur autres membres de l’anneau interne de Kabila : Kalev Mutond, Alexis Thambwe Mwamba, Emmanuel Andrupiako, Albert Yuma Mulimbi, Moïse Ekanga, Zoé Kabila et Jaynet Kabila

Kalev Mutond est le chef du service national d’intelligence (Agence Nationale de Renseignements), et un des plus puissantes personnes de la République Démocratique de Congo (RDC). Mutond est derrière la majorité des répressions politiques dans le pays. En Juillet 2016, il a été accusé de manière publique par le juge président Chantale Ramazani Wazuri de mise de pression « physique et morale » sur elle « pour aller plus loin » que la sphère de la loi et de condamnation du leader de l’opposition Moïse Katumbi. Impliqué aussi dans la répression des voix s’opposant au Gouvernement c’est le Ministre de Justice Alexis Thambwe Mwamba.

Emmanuel Andrupiako – Consultant Financier au bureau de Kabila, Albert Yuma Mulimbi – chef de Gecamines (société minière propriété de l’état) et président de la Fédération des Entreprises Congolaises, et Moïse Ekanga – secrétaire exécutif de l’Office pour la Coordination et Surveillance du Programme Chinois – Congolaise sont les plus proches des alliés. Ils sont tous membres de la structure d’affaires du régime corrompu de Kabila

Jaynet Kabila et Zoé Kabila sont parties du plan de succession dynastique de leur frère Joseph. Ils sont tous les deux MP et impliqués dans les majeurs scandales de corruption.

 

Cibler les finances du régime

Le régime de Joseph Kabila est profondément corrompu. Sous le gouvernement de Kabila, les citoyens de RDC ont devenus uns des plus pauvres hommes de la Terre, mais le président, sa famille et son entourage ont prospérés.

Les sanctions ont déjà frappé le régime dans le point où elles réellement blessent – ses finances.

En Septembre 2016, le Gouvernement des Etats Unis a imposé des sanctions contre deux fonctionnaires supérieurs de la RDC, Gabriel Amisi Kumba et John Numbi. Tous les deux – Amisi et Numbi sont les conseillers les plus influents de Kabila. Tous les deux sont extrêmement riches et ont joué un rôle majeur dans la campagne brutale de répression.

General Gabriel Amisi (connu aussi comme Tango Four), le commandant de l’armée de la région d’Ouest du pays, a enregistré une longue liste d’abuses des droits de l’homme en RDC. En 2012, les Nations Unies l’ont accusé de vente d’armes et munitions aux groupes illégaux armés connus pour les atrocités commis.

Le Général John Numbi (connu aussi comme Numba) est l’ancien Inspecteur National pour la police nationale congolaise. il utilisait l’intimidation violente pour assurer des victoires des candidats gouvernementaux pro-Kabila dans les élections provinciales. En Mars 2016, Numbia menacé tuer les candidats d’opposition qui ne se sont pas retirés de manière volontaire de la course. Le même jour trois candidats se sont retirés.

Déjà en juin 2016, les Etats-Unis ont imposé des sanctions à Celestin Kanyama (aussi connu comme l’Esprit de Mort), commissaire de police de la capitale, Kinshasa.

 

Un régime désespéré

Les associés de Kabila réalisent les conséquences des sanctions des EU. Ils savent que l’Office de Contrôle des Fortunes Etrangères (OFAC) a commencé les chasser et ils ont commencé perdre leur argent. Ainsi qu’ils réagissent de manière désespérée.

Premièrement, le 16 Septembre 2016, ils ont envoyé Barnabe Kikaya, le conseiller diplomatique principal de Kabila, à Washington. Kikaya a essayé induire en erreur les officiels des EU en insistant que Kabila ne cherche pas prolonger son terme et a réclamé que les sanctions peuvent empêcher les contacts entre le gouvernement et l’opposition. La « mission de plaidoirie » de Kikaya a échoué et douze jours après, Amisi et Numbi ont été ajoutés sur la Liste des Citoyens Spécialement Désignés [Specially Designated Nationals SDN] de OFAC.

Puis, le 29 Septembre, un jour après deux hommes ont été mis sur la liste noire, le Gouvernement de RDC a critiqué sévèrement, en accusant le Gouvernement des EU de semer le « chaos ». Le gouvernement de Kabila a questionné « La logique et les motivations des autorités des EU » et a nommé les sanctions « initiatives insolentes ».

Mais en critiquant les Etats Unis et l’Union Européenne (dont la décision d’imposer des sanctions est imminente) n’aidera pas les associés de Kabila sauver leur argent.

It's only fair to share...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn